Dernière mise à jour de la section: 29 juin 2003

intro / accueil / répertoire / questions / où étiez-vous en 70? / autres liens / commentaires / pour m`écrire
A B C D E F G H I J K L* M N O P Q R S T U V W X Y Z


De la revue Mainmise (été 1974)

Harmonium et José Féliciano:
un concert "cool"



Depuis un mois ou deux que j'entendais parler d'Harmonium, que j'essayais même d'entrer en contact avec eux en prévision de ce concert - bénifice que MAINMISE prépare pour la fin août, ce n'est que le 10 juillet, Place des Nations encore une fois, que je pus les entendre pour la première fois.

De tous les groupes québécois qui percent depuis quelque temps, Harmonium est peut-être le premier à se faire une place aussi vite. Principale raison; un style. Une sorte de calme harmonieux qui se transcrit dans chacune des chansons du groupe et qui déborde largement la scène pour atteindre à quelque chose de précis dans la tête de chacun des Québécois présents au concert. Une comparaison me vient à l'esprit. Le succès absolument phénoménal d'un groupe comme, Mahogany Rush aux USA et celui d'Harmonium au Québec...

D'un côté, une réponse à l'Amérique avec les armes mêmes de l'Amérique, c'est à dire, amplificateurs, guitares élec- triques, roulements de batterie, Hendrix; une "démonstration" où le sexe et la violence de l'agression se traduit par le volume des décibels...

De l'autre, une douceur. Une image de l'harmonie précisément. Une synthèse dont le rythme n'est surtout pas absent mais qui se conjugue d'abord au conditionnel au lieu d'asséner le présent et sa technologie électrique à coups de marteau ou plutôt à coups de solos de guitare, de déhanchements calculés et de spots de couleur arrivant au bon moment...

Harmonium a poussé en même temps que Gilles Valiquette; ce n'est pas un hasard. On peut presque dire que le groupe a réussi à donner une texture à ce style "chansons pour un café" qui n'est peut-être pas ce que Valiquette a produit de meilleur lui qui semble plutôt en mesure de redonner un deuxième souffle au rock électrique québécois après Charlebois. C'est précisément ce qui étonne chez Harmonium; il n'y a là vraiment rien de nouveau. Plutôt une sorte de volonté de pousser jusqu'à la perfection un style qu'on connaissait déjà dans ses grandes lignes mais qui, ici, n'avait jamais atteint à ce degré d'harmonisation. Comme quoi un groupe peut parfois bien choisir son nom...

Quant à José Féliciano, pas de surprise. on le connait. On sait la musique qu'il fait, lui qui n'a pas opté pour le tympan mais plut6t pour le sentiment. Feliciano est un vieux "pro" qui sait précisément ce qu'il fait. Des petites mélodies bien faites où il parle d'amour et de relations mal partagées, du coeur et de ses soupirs... Une musique douce qui habille son propos à merveille et qui fait que, peut-être parce qu'il est aveugle, qu'il ne bouge pas de son tabouret et que c'est finalement toujours la même chose qu'on entend, on peut sans prôblème assister au concert tout en regardant passer les avions ou en essayant avec les longues-vues de différencier Saturne et Mars...

Retour à la

  • page d'articles


    intro / accueil / répertoire / questions / où étiez-vous en 70? / autres liens / commentaires / pour m`écrire
    A B C D E F G H I J K L* M N O P Q R S T U V W X Y Z